« Ce n’est pas aux héros du coronavirus de payer cette crise » - Discours du 1er Mai de Peter Mertens

Analyse
Author
Peter Mertens
PTB.be

Discours de Peter Mertens, président du PTB, à l'occasion du 1er Mai 2020.

Peter Mertens

Nous reverrons notre patron avant notre famille et nos amis. Je vais pouvoir faire du shopping, mais pas voir mon filleul. Sauf si nous nous donnons rendez-vous chez Hema. C’est absurde. Les organisations patronales que sont la FEB et le Voka ont forcé la main au Conseil national de sécurité. Résultat : si la vie économique va redémarrer, la vie sociale restera encore un moment en quarantaine.

Le gouvernement écoute plus le lobby des grandes entreprises que le lobby du cœur. Il devrait faire exactement le contraire. 

Nous sommes des êtres humains. Nous vivons. Nous vivons ensemble. Nous travaillons. Il y a le social, il y a l’économique, et il y a le mental. Une société doit tenir compte de chacun de ces aspects. Mais aujourd’hui, le gouvernement écoute plus le lobby des grandes entreprises que le lobby du cœur. Il devrait faire exactement le contraire. 

Bien sûr, nous voulons aussi que l’économie redémarre. Mais uniquement si cela ne nous met pas en danger. Or, le gouvernement n’est pas prêt. Il y a trop peu de tests, trop peu d’agents pour assurer le « tracing » et trop peu de masques.

« Fabriquez vous-mêmes vos masques », a dit le gouvernement. Bienvenue dans l’économie du bricolage... Cela en dit long sur sa vision. Les masques sont devenus le symbole de la lutte contre le coronavirus. En fait, nous devrions tous et toutes en avoir un à l’heure actuelle. Mais il n’y en a pas assez. Loin de là. Ce n’est pas normal.

Nous avons la meilleure industrie textile du monde. C’est l’un de nos atouts. Depuis le Moyen Âge. Ce sont des entreprises textiles belges qui fabriquent les combinaisons blanches des astronautes. Comment se fait-il alors que nous ne trouvions pas le moyen de fabriquer des masques pour protéger toute la population ?

Nous avions un stock de 63 millions de masques. Une réserve stratégique constituée à la demande de virologues. Mais ce stock a été détruit il y a quelques années et jamais renouvelé depuis. Et pourquoi ? Pour économiser. Froidement. Sur de l’essentiel.

« Le marché » ne résout pas nos problèmes. Sa « main invisible » ne nous a pas fourni le moindre masque. Ni suffisamment de tests. Ni une politique de prévention sanitaire digne de ce nom.

Comment est-il possible que, dans notre société de haute technologie, avec nos connaissances techniques, avec notre main-d’œuvre hautement qualifiée, nous soyons incapables de fournir un masque à chacun et chacune de nos concitoyens et concitoyennes ? Pour au moins pouvoir nous protéger et protéger les gens qui nous entourent ?

Aujourd’hui, nous devrions tous et toutes avoir un masque. Mais il n’y en a même pas assez pour le personnel des soins de santé. Ni pour celui des maisons de repos, des hôpitaux, ou encore des soins à domicile. Et encore moins pour tous ceux et celles qui vont bientôt devoir retourner travailler.

« Le marché » ne résout pas nos problèmes. Sa « main invisible » ne nous a pas fourni le moindre masque. Ni suffisamment de tests. Ni une politique de prévention sanitaire digne de ce nom.

C’est à nous de jouer. De prendre les rênes. En tant que gouvernement. Planifier. Être pro-actif et protéger notre santé.

Qui a mis la production à l’arrêt dans les secteurs non essentiels ? Pas le patronat. Pas le gouvernement. Mais les travailleurs eux-mêmes

Or, qui a mis la production à l’arrêt dans les secteurs non essentiels lorsque la crise du coronavirus a éclaté ? Pas le patronat. Pas le gouvernement. Mais bien les travailleurs eux-mêmes, avec les syndicats. Parce que poursuivre le travail n’était souvent plus ni sûr ni responsable.

Par la suite, ce sont aussi les travailleurs eux-mêmes qui ont proposé de fabriquer des pièces pour respirateurs chez Safran Aero à Liège, Seat en Espagne, Audi à Bruxelles. Et la liste est longue.

Il n’y a aucune planification, c’est le chaos le plus total. Les différents gouvernements ont fait preuve d’un tel amateurisme que nos médecins et infirmières de Médecine pour le Peuple ont fini par commander eux-mêmes 60 000 masques, qui sont d’ailleurs bien arrivés par avion. Ils ont fini par tester eux-mêmes les maisons de repos, bien avant le gouvernement. Et ils ont fini par aller eux-mêmes prêter main-forte aux maisons de repos qui manquaient de personnel. Pas de paroles, mais des actes.

J’étais présent au Parlement lorsque le docteur Sofie Merckx a proposé, à trois reprises, nos services à la ministre de la Santé Maggie De Block. « Nos équipes médicales sont prêtes à intervenir. Dites-nous où on a besoin de notre aide. Donnez-nous les moyens de le faire. » La ministre n’a même pas daigné nous répondre.

Les Cubains n’exportent pas de bombes mais aident les autres pays avec les moyens dont ils disposent. La solidarité est le seul moyen de venir à bout du coronavirus. C’est ce que nous faisons.

Aujourd’hui, des dizaines de milliers d’étudiants pourraient faire du porte-à-porte pour demander aux gens comment ils vont. Pour discuter avec eux, à distance de sécurité, avec des masques, d’une part, mais aussi pour parcourir avec eux un questionnaire et indiquer immédiatement que faire aux personnes présentant des symptômes. C’est ce que fait aujourd’hui Cuba, un pays du tiers monde. Et nous, nous sommes incapables de faire de même.

Les Cubains envoient leurs médecins et leurs infirmières en Lombardie, l’une des régions les plus riches d’Europe, pour y installer un hôpital de campagne et lutter contre le coronavirus. Tandis que l’Europe entière reste là, à les regarder. Les Cubains n’exportent pas de bombes mais aident les autres pays avec les moyens dont ils disposent. La solidarité est le seul moyen de venir à bout du coronavirus. C’est ce que nous faisons. Nous sommes présents sur le terrain. Nous nous rendons utiles là où nous le pouvons, avec ce que nous avons. Avec tous nos professionnels de la santé de Médecine pour le Peuple. Avec tous nos groupes de base, dans les entreprises et les quartiers. Avec tous nos membres, qui cousent des masques, font de la musique dans des maisons de repos, aident des enfants qui ont besoin de soutien scolaire, préparent des gâteaux pour le personnel soignant, collent des affiches contre la violence domestique, apportent des masques aux pompiers. Et ce ne sont que quelques exemples. Nous sommes comme ça. C’est notre ADN. Et j’en suis très fier.

« Des soins de santé de qualité et accessibles »

Il y a exactement 130 ans aujourd’hui, le 1er Mai entrait dans l’Histoire comme un jour de lutte. En 1890, aucune loi ne protégeait les travailleurs belges, dépourvus de droits. Soumis à des rythmes de travail infernaux. À des conditions de vie déplorables. Sans droit à s’organiser en tant que classe ouvrière. Ni de faire grève. Rien d’autre que le droit de vendre sa force de travail. Et susceptible de tout perdre, à tout moment : ses revenus, sa santé, sa vie même.

Bien avant la sécurité sociale, les travailleurs versaient de l’argent dans une caisse pour aider leurs collègues malades. La caisse d'assurance maladie. Ce sont les plus anciennes organisations de travailleurs du pays.

Heureusement, nous ne nous sommes jamais résignés à cela. Bien avant que la sécurité sociale n’existe, les ouvriers et les travailleurs versaient de l’argent durement gagné dans une caisse pour aider leurs collègues malades. La caisse d'assurance maladie. Ces premières mutualités n’ont été fondées ni par des mécènes, ni par l’État. Mais par des travailleurs et travailleuses. Ce sont les plus anciennes organisations de travailleurs du pays.

Cela fait maintenant dix ans que la N-VA (Nouvelle alliance flamande) et d’autres forces de droite tentent de se débarrasser des mutuelles. C’est l’une des raisons pour lesquelles la N-VA veut diviser le pays, d’ailleurs. Pour affaiblir les mutualités et les syndicats, trop puissants à son goût. Tout travailleur, toute travailleuse qui vote pour un parti comme la N-VA, vote contre ses propres droits et contre sa propre sécurité sociale. Aujourd’hui, 1er mai, je vous demande d’applaudir très fort tout le personnel des caisses d'assurance maladie des syndicats pour le travail fantastique qu’il a déjà accompli au cours de cette crise.

Nous avons 9 ministres de la Santé qui se chamaillent entre eux. Or, ce dont nous avons besoin, c’est d’un service de santé publique national fort.

Nous voulons que la prévention et l’assurance maladie redeviennent des compétences centrales et fédérales, et cessent d’être fragmentées. Actuellement, l’absurdité de la division de notre pays n’échappe plus à personne. Nous avons 9 ministres de la Santé qui se chamaillent entre eux au lieu d’unir leurs forces pour venir à bout du coronavirus. Or, ce dont nous avons besoin, c’est d’un service de santé publique national fort.

Ce dont nous avons besoin, c’est de soins de santé de base complets et accessibles, comme le préconisait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa déclaration d’Alma-Ata en 1978. Un tel modèle permet aux gens d’adresser facilement toutes leurs questions et leurs plaintes à des agents de santé communautaires dont le travail intègre les soins de base et la prévention. Hélas, cet appel de l’OMS aux gouvernements s’est bien vite heurté à l’opposition néolibérale. Le président américain Ronald Reagan s’est farouchement opposé à cette vision préventive de la santé qu’il a qualifiée de « chemin le plus direct vers le socialisme ». Petit à petit, de vastes pans des soins de santé ont été commercialisés dans le monde entier. Aujourd’hui, en pleine crise du coronavirus, c’est aux États-Unis que la faillite du système néolibéral est la plus flagrante.

« On ne voit les étoiles qu’à la nuit tombée »

On ne voit les étoiles qu’à la nuit tombée. La crise du coronavirus nous a plongé soudain dans une obscurité profonde. Très profonde. Mais, du coup, on voit mieux les étoiles.

Ce que nous montre cette crise, c’est bien qui fait véritablement tourner notre société aujourd’hui. Ce ne sont ni les patrons aux salaires insensés, ni les experts en montages fiscaux. C’est la classe ouvrière qui fait tourner le monde aujourd’hui.

Ce que nous montre cette crise, c’est bien qui fait véritablement tourner notre société aujourd’hui.

Et ce ne sont ni les patrons aux salaires insensés, ni les experts en montages fiscaux. Eux qui, depuis des années, prétendent tout faire pour assurer la prospérité de notre société.

Rien n’est plus faux. C’est la classe ouvrière qui fait tourner le monde aujourd’hui. Des hommes et des femmes ordinaires, qui travaillent. Absents des talk-shows ou des cartes blanches des journaux, sauf quand on parle « d’eux ». Celles et ceux qui, chaque jour, vendent leur force de travail. Celles et ceux qui remplissent les rayons des magasins. Qui déchargent les camions. Qui prennent soin de nos aînés. Qui nous servent dans les magasins. Qui font tourner les usines. Qui éteignent les incendies. Qui nettoient les couloirs. Qui s’occupent des tout-petits. Ce sont les innombrables héros et héroïnes, souvent invisibles, qui font tourner la société actuellement.

« Sans travailleurs, il n’y a pas de richesses. » Je l’ai dit le 1er mai 2013, il y a sept ans. C’est aujourd’hui plus vrai que jamais. Si la classe ouvrière cesse de travailler, le processus de création de valeur s’arrête net. Il n’y a plus ni valeur ajoutée, ni profit.

Ces héros et héroïnes ne méritent pas seulement des applaudissements à 20h. Ils et elles méritent du respect, une amélioration durable de leurs conditions de travail et de vie.

Mais cette main-d’œuvre n’est toujours pas visible, ni respectée, ni suffisamment payée. 14 euros de l’heure ? Pour l’élite, c’est encore trop. Eh bien, aujourd’hui, le 1er Mai, nous disons que 14 euros de l’heure, c’est le minimum. Pour tout le monde. Ces héros et héroïnes ne méritent pas seulement des applaudissements à 20h. Ils et elles méritent du respect, une amélioration durable de leurs conditions de travail et de vie.

Aujourd’hui, que disent les capitalistes ? « Merci les gars ! Et maintenant, tout le monde retourne au boulot. » En Espagne, en Italie, aux États-Unis, en Équateur, en Inde, etc. on entend partout le même discours. Le patronat veut que la classe ouvrière reprenne le travail le plus vite possible, alors que les mesures de protection restent insuffisantes.

Et c’est le cas chez nous aussi. Un homme politique comme Koen Metsu de la N-VA dit littéralement : « Tout le monde doit retourner au travail, et si certains attrapent le coronavirus, tant pis. » La N-VA ne se laisse pas impressionner par de petits « dommages collatéraux » chez les travailleurs et travailleuses. L’important, c’est que l’économie tourne ! Pour eux, c’est bosse et tais-toi.

Ce que nous voulons, c’est la protection maximum, pas le profit maximum.

Eh bien, je leur dis aujourd’hui : pas question. On ne va pas se taire. On ira travailler si, et seulement si, on est en sécurité. Selon la FEB et le Voka, les recommandations pour travailler en toute sécurité ne sont qu’une « boîte à outils de bonnes pratiques et de suggestions » et « pas une liste de contrôle ». Toujours selon ces organisations patronales, les chefs d’entreprise ne sont « pas obligés » d’appliquer concrètement les règles de sécurité.

Pour nous, c'est la sécurité qui compte. Nous voulons que les syndicats aient partout voix au chapitre. Et nous voulons que l’inspection sociale soit renforcée afin d’être en mesure d’effectuer des contrôles préventifs. Ce que nous voulons, c’est la protection maximum, pas le profit maximum.

« Ce n’est pas aux héros du coronavirus de payer pour cette crise »

La crise du coronavirus coûte des milliards. Si on laisse faire le gouvernement, c’est à nous qu’il enverra la facture.

« Au final, c’est toujours le contribuable qui paie », déclare Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre. Et pour Bart De Wever (président de la N-VA), « tout le monde devra accepter de faire un pas en arrière ». Du côté francophone, c’est pareil. Le président du MR Georges-Louis Bouchez nous annonce : « Nous devons tous faire des sacrifices ». Et il a été suivi pas trop longtemps après par Elio Di Rupo qui nous annonce : « Tout le monde devra perdre une partie de ses revenus. »

Tous nos députés ont donné au total 140 000 euros à la Croix-Rouge, à Médecins du Monde et à Médecins sans Frontières. Pour nous, la solidarité n’est pas un vain mot.

Tout le monde, sauf eux, bien sûr. Lorsque nous proposons que tous les politiciens versent la moitié de leur généreux salaire mensuel pour lutter contre le coronavirus, ils crient au scandale.

Nous, nous l’avons fait. Tous nos députés ont donné au total 140 000 euros à la Croix-Rouge, à Médecins du Monde et à Médecins sans Frontières. Pour nous, la solidarité n’est pas un vain mot.

Et si tous les autres députés faisaient de même, cela ferait en tout 1,3 million d’euros. Mais ils refusent. Et crient au populisme. Pourtant, l’Afrique du Sud le fait. La Bulgarie le fait. La Nouvelle-Zélande. La Turquie. Le Maroc. L’ Autriche. Si cela se fait dans tous ces pays, pourquoi pas en Belgique ?

Savez-vous ce qui est populiste ? Des hommes politiques comme Jambon, De Wever, Bouchez ou Di Rupo, qui gagnent 10 000 euros par mois, et trouvent que « tout le monde » doit faire un effort, mais qui, eux, refusent de sacrifier le moindre petit cent de leur salaire. Ça, c’est du pur populisme.

Nous devons nous débarrasser du modèle capitaliste qui dit que « tous ceux qui ont le moins essuient les pertes, tandis que les quelques-uns qui ont beaucoup empochent les profits ».

Nous devons nous débarrasser du modèle capitaliste qui dit que « tous ceux qui ont le moins essuient les pertes, tandis que les quelques-uns qui ont beaucoup empochent les profits ».

Ce modèle est dépassé. Il n’a plus lieu d’être dans un monde post-coronavirus. Nous voulons une Taxe Corona sur les multimillionnaires, un impôt de solidarité sur les grosses fortunes.

Lorsque la crise du coronavirus a éclaté, nous avons été les seuls à mettre cette proposition sur la table.

Aujourd’hui, d’autres partis la reprennent.

Parce que c’est désormais devenu une évidence. Comment accepter que des millions de salariés et d’indépendants subissent des pertes, alors que les patrons de sociétés cotées en bourse gagnent 2 millions d’euros par an, soit 30 % de plus que l’année précédente ?

Nous proposons une Taxe Corona exceptionnelle de 5 % sur toutes les fortunes de plus de 3 millions d’euros. Cela rapporterait 15 milliards d’euros.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Nous proposons une Taxe Corona exceptionnelle de 5 % sur toutes les fortunes de plus de 3 millions d’euros. Cela rapporterait 15 milliards d’euros.

Cela demande juste un peu de courage politique. Et c’est le moment d’en avoir. 

« Le coronavirus a brutalement dévoilé le vrai visage du capitalisme »

Le confinement ne signifie pas la même chose pour tout le monde. Le ministre-président flamand Jan Jambon l’a d’ailleurs illustré de manière limpide en déclarant qu’il suffit de monter « à l’étage » lorsque la femme de ménage travaille en bas. Il nous offre ainsi une métaphore de la situation actuelle : tandis que le personnel d’entretien travaille aux bas étages, l’élite se retire en hauteur.

Tandis que le personnel d’entretien travaille aux bas étages, l’élite se retire en hauteur.

Tout le monde n’a pas le même chez-soi. Un petit appartement n’est pas une villa. Quatre enfants qui crient dans un appartement, c’est plus difficile à gérer que ces quatre mêmes enfants dans une maison avec un grand jardin. Et on dort moins bien lorsqu’on subit une perte de revenus sans avoir de quoi faire face sur son compte-épargne.

Les idéologues de l’establishment consacrent beaucoup de temps et d’attention au « coût économique » de la crise du coronavirus. Par contre, ils se préoccupent particulièrement peu des répercussions de cette crise sur le plan psychologique et social. Lorsqu’ils évoquent nos aînés, ils ne parlent pas d’« êtres humains », mais de « coûts ». Froidement, ils s’emploient à calculer la « valeur » d’une vie humaine. Pour eux, ce n’est pas une question philosophique, mais une question économique.

La logique du capitalisme est fondée sur la rentabilité. Tout être vivant est réduit à sa rentabilité et quiconque n’est « pas rentable » passe au second plan. Vous êtes malade de longue durée ? Pas rentable ! Avec un handicap ? Pas rentable ! Trop vieux ? Pas rentable !

Karl Marx et Friedrich Engels l’expliquaient déjà il y a bien longtemps dans leur Manifeste du parti communiste : « La bourgeoisie (...) a foulé aux pieds les relations idylliques. Tous les liens complexes et variés (...), elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du paiement au comptant. Elle a noyé (...) la sentimentalité (...) dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange. »

Réduire les êtres vivants à des chiffres dans une macabre comptabilité du profit, telle est la logique perverse de ce système.

Cette vision est inacceptable. Dans la société, les personnes âgées ne doivent pas être les dernières. Ce sont au contraire les premières. Elles sont les précurseuses, les pionnières, celles qui nous ont tout appris, qui nous ont ouvert la voie. Les personnes âgées ne font pas partie du passé. Elles sont l’avenir. Elles sont là où nous arriverons un jour. C’est à nous de donner à chacun la possibilité de vieillir dans la dignité. C’est une question de choix. Quelle société voulons-nous ?

Notre société ne peut pas reposer sur le chacun pour soi, la concurrence ou l’argent facile. Nous avons besoin d’une société fondée sur la coopération et les liens entre nous.

Les crises sont des points de rupture. Des moments clés de l’histoire où tout change et s’accélère.

Le coronavirus a brutalement dévoilé le vrai visage du capitalisme. L’idée selon laquelle « le marché » serait la solution à tout a volé en éclats.

Certains voudraient que tout « redevienne comme avant » dès que possible. Mais le monde ne sera plus jamais le même.

« Le social doit être la nouvelle norme. » Tel était mon message le 1er Mai 2017. C’est aujourd’hui plus vrai que jamais. Nous sommes renvoyés vers nous-mêmes, chez nous, dans notre espace de vie. En ce moment d’isolement, nous ressentons plus que jamais à quel point nous avons besoin les uns des autres. Les contacts nous manquent. Nous nous manquons les uns les autres. Nous avons besoin les uns des autres. Nous sommes des animaux sociaux. Notre société ne peut pas reposer sur le chacun pour soi, la concurrence ou l’argent facile. Nous avons besoin d’une société fondée sur la coopération et les liens entre nous.

Nous n’avons pas besoin du capitalisme. Ce dont nous avons besoin, c’est du socialisme. D’un nouveau socialisme 2.0. Où les gens peuvent retrouver leur humanité.

Nous n’avons pas besoin du capitalisme. Ce dont nous avons besoin, c’est du socialisme. D’un nouveau socialisme 2.0. Où les gens peuvent retrouver leur humanité. Où nous sommes jugés sur ce que nous sommes, et non plus sur notre rentabilité économique. Une société fondée sur la coopération, où le maître mot est « ensemble ». C’est une société où tout le monde trouve sa place, où personne n’est laissé pour compte. Où la santé prime sur les intérêts économiques d’une poignée de groupes de pression influents. Où l’on privilégie la planification écologique et sociale, au lieu du chaos d’une économie centrée sur le profit et la concurrence. Une société qui met l’homme et l’environnement au cœur de ses priorités. C’est cela, le modèle de société que nous défendons.

Vive le 1er Mai !

Vive la solidarité internationale !