Coronavirus : un plan d’urgence pour protéger notre pouvoir d’achat

Nouvelles
Author
Charlie Lepaige
PTB.be

L’épidémie est une menace à ne pas sous-estimer. Pour notre santé d’abord, évidemment, mais pour notre pouvoir d’achat aussi. Il ne peut pas être question de faire retomber le poids de la crise sur les travailleurs. Voici le plan d’urgence du PTB avec 7 mesures concrètes pour protéger le pouvoir d’achat et faire contribuer les grandes fortunes.

pouvoir d'achat

1. Garantie de revenus pour tous les salariés et indépendants

Les travailleurs ne doivent pas payer deux fois la crise du coronavirus : une fois sur le plan sanitaire et une autre fois sur le plan financier.

Nous avons reçu des centaines et des centaines de témoignages de travailleurs inquiets qui ne savent pas comment ils vont faire à la fin du mois. Le gouvernement a promis beaucoup de choses pour les grandes entreprises, mais il est temps d’offrir aux travailleurs une réponse d’urgence et qui soit à la hauteur.

Le PTB propose de :

  • Élargir le chômage économique à tous les salariés sans exception: aux employés, aux étudiants-jobistes, à tous les intérimaires, free-lancers, travailleurs du secteur de la culture etc. afin qu’aucun travailleur ne soit laissé sur le carreau.
  • Garantir à tous les salariés en chômage économique 100% du salaire, le temps de la crise, tout augmentant le plafond actuel jusqu’au salaire moyen (de 2 750 à 3 558 euros brut)
  • Garantir aux indépendants touchés pendant la crise un revenu mensuel minimum de 1 500 euros net d’impôt en plus de toutes les autres mesures de soutien annoncées. Celui-ci doit être accordé directement sans demander de nombreuses démarches administratives.

2. Annulation des factures d’énergie et d’eau

Nous proposons l’annulation des factures d’énergie et d’eau pour les mois de crise du coronavirus, pour toutes les victimes de la crise. Car en plus de la réduction des moyens liés à l’absence temporaire de boulot, le confinement à la maison risque de gonfler les factures d’énergie et d’eau des ménages. 

Le PTB propose de :

  • Suspendre toutes les coupures et autres limitations pour l’accès à l’eau et à l’énergie.
  • Annuler les factures d’eau et d’énergie pour toutes les victimes de la crise (chômage économique, congé maladie, …), en faisant contribuer les géants de l’énergie et de l’eau.

3. Interdiction des licenciements pendant la crise

On ne peut pas imaginer qu’au moment où une grave menace sanitaire pèse sur toute la population, les travailleurs risquent aussi de perdre leur job. On ne peut pas accepter non plus que certains patrons utilisent la crise pour se débarrasser de leur personnel. Dans une telle crise exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles pour protéger les travailleurs.

Le PTB demande de :

  • Mettre en place une période de « zéro-licenciement » durant le temps de la crise comme l’a fait le gouvernement italien.
  • Assurer que les contrats intérimaires et les contrats à durée déterminée soient prolongés le temps de la crise (avec possibilité de bénéficier du chômage économique, cf point 1).

4. Report des crédits hypothécaires pour les victimes de la crise

Le PTB veut que les remboursements des prêts hypothécaires auprès des banques soient suspendus durant la crise. La suspension vaudrait pour le temps de la crise, mais aussi pour une période de 6 mois après la fin de celle-ci. Les banques n’auraient pas le droit de refuser la demande. Il s’agirait d’un report valable tant pour les ménages que pour les petites entreprises ; et sans intérêts supplémentaires à payer pour la période de suspension. C’est une mesure qui a été prise en Italie et qui doit être prise ici aussi.

En 2008, les gens ont sauvé les banques. Rien de plus normal que les banques aident aujourd’hui les gens en retour et leur permettent de reporter le remboursement de leur maison pour ne pas être entraînés dans la spirale de la dette.

Et il est aussi logique qu’une mesure similaire soit envisagée pour les locataires qui se retrouveraient dans la même situation.

5. Prime de remerciement pour les soignants et les travailleurs des secteurs essentiels

Dans cette période de crise nous voyons qui fait tourner notre pays : les nettoyeuses, les infirmières, tout le personnel soignant, les éboueurs, les travailleurs de la production, le personnel des magasins, les chauffeurs de camion, les profs, les travailleurs des services publics... la liste est longue. Ils prennent des risques pour assurer les services essentiels à la société. Nous devons les soutenir, et particulièrement toutes celles et tous ceux qui sont en première ligne du front de la lutte contre le coronavirus.

Le PTB propose de :

  • Accorder une prime mensuelle de 400 euros brut à tous les membres du personnel soignant.
  • Accorder une prime mensuelle de 200 euros brut à tous les travailleurs des secteurs essentiels qui doivent continuer à fonctionner durant la crise.

De telles primes ont été décidées aux Pays-Bas et en Italie. Cela ne coûte pas beaucoup d’argent, mais c’est une manière concrète de soutenir et remercier tous ces héros qui sont sur le pont jours et nuits.

6. Congé de garde automatique pour les parents qui s’occupent de leurs enfants

Le PTB propose que, comme cela se fait en France, un congé automatique soit accordé pour les parents qui sont obligés de rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants de moins de 15 ans. Ainsi, dans le cas où des parents doivent prendre en charge leurs enfants pour une raison ou l’autre (par exemple, les parents qui ne peuvent pas faire du télétravail), ils le signalent à leur employeur qui leur accorde ce congé. Cela peut se traduire par une mise en chômage économique.

Pour les indépendants aussi, la garde d’un enfant s’il n’y a pas d’autre solution doit être un motif qui ouvre le droit au chômage économique (voir point 1).

On entend beaucoup de parents confrontés à des difficultés pour garder leurs enfants. Les recommandations du gouvernement sont contradictoires à ce niveau, et il y a aussi un certain nombre d’écoles qui ferment aujourd’hui. Ce congé automatique est absolument nécessaire.

7. Remboursement intégral de tous les frais médicaux liés au coronavirus

Une proportion importante des personnes touchées par le Coronavirus finit par se retrouver à l’hôpital, voire aux soins intensifs, pendant une longue période. Cela peut être un lourd coût au niveau financier pour ceux qui n’ont pas les meilleures assurances. Le virus peut également entraîner une perte de capacité pulmonaire et la nécessité d’une rééducation sur un plus long terme. Il est de la responsabilité de la société de fournir le meilleur soutien financier possible aux personnes touchées par le Coronavirus et d’assurer que tous les frais soient couverts. Pour éviter aussi que des victimes reportent des soins par crainte de ne pas pouvoir les payer.