Le PTB mobilise 10 000 personnes contre les factures d'énergie trop élevées

Nouvelles
Author
redaction PTB.be
ptb.be

10 000 personnes ont manifesté ce dimanche 27 février à Bruxelles lors de la marche « Basta ! » organisée par le PTB, sous le slogan : « Protégeons les gens, pas les puissants. Basta ! Les factures d’énergie impayables, ça suffit. »

05 Basta

Raoul Hedebouw, président du PTB : « C'est un signal très fort. Les gens me disent qu'ils ont annulé leurs vacances cette année et qu'ils doivent utiliser leurs économies pour payer leurs factures d'énergie. Les prix de l'énergie explosent, encore plus avec l’évolution actuelle, les gens n'en peuvent plus. Il est temps que le gouvernement prenne des mesures sérieuses. Il faut baisser la TVA à 6 % sur l’électricité et le gaz de manière structurelle, maintenant. Nous allons continuer à nous mobiliser dans toutes les communes et entreprises du pays jusqu’à ce que le gouvernement plie. »

De nombreux manifestants venaient pour la première fois à Bruxelles pour faire entendre leur voix. « Pourquoi le gouvernement ne fait rien contre ce massacre social ? », pouvait-on lire sur l'une des nombreuses pancartes. « Le gouvernement pense que le problème des prix de l'énergie a été résolu après leur accord minimaliste, poursuit Raoul Hedebouw. Mais rien n'est moins vrai. Et l’invasion criminelle de la Russie contre l'Ukraine ne fera qu'empirer les choses. Les factures resteront impayables. Avec le PTB, nous maintiendrons notre pétition et continuerons nos actions jusqu'à ce que le gouvernement écoute le peuple. Nous avons déjà recueilli 310 000 signatures. Nous continuons pour arriver à 400 000. »

02-Basta

Le PTB demande au gouvernement de réduire la TVA sur le gaz, l'électricité et le mazout à 6 % et d'envoyer la facture à Electrabel. Raoul Hedebouw : « Pendant qu’on paie le prix fort, Electrabel fait des milliards d’euros de bénéfices. Ça ne peut plus durer. Les gens sont en colère et c’est normal. Ils constatent chaque jour que pour le gouvernement, les intérêts des grandes entreprises sont bien plus importants que ceux du peuple. Les factures d’énergie en sont un exemple. »

En plus de vouloir utiliser les surprofits d'Engie-Electrabel pour financer la réduction de la TVA, le président de la PTB propose que le secteur de l'énergie soit placé dans les mains des pouvoirs publics : « Ce n'est qu'alors que nous pourrons réellement résoudre le problème de l'explosion des prix. »

04 Basta

Lors de la manifestation, de nombreux messages ont également été portés contre la perte du pouvoir d'achat et le gel des salaires. « La loi rend pratiquement impossible toute augmentation de salaire, poursuit le président du PTB. Pendant ce temps, les dividendes et les salaires des actionnaires atteignent des sommets. Ça, ça reste en travers de la gorge de la classe travailleuse. Ajoutez à cela le problème de l'inflation, qui n'est que partiellement absorbée par l’indexation des salaires, et la situation devient explosive. Dans ce dossier, nous constatons également que le gouvernement danse surtout au rythme des grandes entreprises. Avec le PTB, nous soutenons la demande des syndicats : la loi sur le blocage des salaires doit être remise en cause. Le gouvernement doit le faire maintenant. »

Le PTB prévoit un printemps social chaud. « Nous sommes nombreux à être dans la rue aujourd'hui, et c'est important, a souligné Raoul Hedebouw. Car c'est à partir de là que nous pouvons changer les choses. Il est temps que le gouvernement écoute la classe travailleuse. Le gouvernement ne nous écoute pas quand il s'agit des factures d'énergie. Ils n'écoutent pas quand il s'agit du gel des salaires et de la perte du pouvoir d'achat. Et ils n'écoutent pas non plus les critiques sur leur approche de la pandémie. Les gens en ont marre et c’est normal. Et bien, qu’ils fassent entendre leur voix. Construisons ensemble une alternative sociale et faisons en sorte qu'ils soient obligés de nous écouter. »

01 Basta

 

Share via social media