Peter Mertens passera le flambeau de la présidence lors du congrès du PTB

Nouvelles
Author
Redaction
ptb.be

Le 5 décembre, le PTB élira son ou sa nouvelle présidente lors de son congrès statutaire. Peter Mertens annonce qu'il ne se représentera pas et passera le flambeau. Peter Mertens a présidé le parti marxiste pendant treize ans, et s’est révélé comme l'architecte du renouveau du parti. D'un petit parti, le PTB est devenu aujourd'hui un acteur politique majeur dans l'ensemble du pays.

Peter M

« Je ne quitte pas le navire, évidemment, assure Peter Mertens en souriant. Mais il est temps qu'un autre capitaine prenne la barre. Je veux prendre le temps de me concentrer sur les questions stratégiques et le développement futur du parti.»

Sous la direction de Peter Mertens, le parti de la « gauche décomplexée » est passé de 80 sections et 800 membres à 400 sections et 24 000 membres. Le parti se définit comme le « parti de la classe travailleuse ». « Si vous avez un piquet de grève, vous avez neuf chances sur dix de tomber sur un pétébiste », notait récemment encore un quotidien économique. Le parti pèse de plus en plus dans les luttes sociales de notre pays et joue le rôle de locomotive à gauche en produisant notamment des dossiers solides. En 2018, le parti a obtenu 169 mandats locaux et, l'année suivante, il remportait 43 sièges dans les différents parlements du pays.

Le PTB a amorcé son mouvement de renouveau en 2004, après des résultats électoraux désastreux l'année précédente. C'est lors du Congrès du Renouveau de 2008 que Peter Mertens a été élu président du parti pour la première fois. Son mandat sera renouvelé lors du Congrès de la Solidarité de 2015. Vous trouverez ici un article de synthèse qui retrace le mouvement du renouveau à travers des citations de presse. 

En plus de sa tâche de président, Peter Mertens est également connu en tant qu'auteur. En 2012, son livre « Comment osent-ils ? » se retrouve en tête des ventes d'ouvrages de non-fiction. Il devient le deuxième livre politique le plus vendu de tous les temps dans notre pays. Il sera suivi de « Au pays des profiteurs » (2016) et de « Ils nous ont oubliés » (2020), traduit depuis lors en sept langues déjà.

Au PTB, l'élection d'un nouveau Conseil national, l'organe de direction le plus élevé du parti, et d'un nouveau président a lieu tous les cinq ans, dans le cadre d'un congrès statutaire. Lors de la séance de clôture du Congrès de l'Unité, le dimanche 5 décembre, les participants au congrès éliront un ou une nouvelle présidente.

« Dans un paysage politique souvent tempétueux, nous avons construit un parti stable et solide qui a grandi fortement en peu de temps, explique Peter Mertens. Je suis très heureux qu'une nouvelle génération de marxistes se présente au Conseil national, avec beaucoup de jeunes et plus d'ouvrières et d'ouvriers que jamais. Nous avons une unité forte autour de notre projet socialiste, et aussi une unité vivante dans l’ensemble du pays. Quand je vais à Verviers [au Sud du pays, francophone; tandis que Peter Mertens est d’Anvers, néerlandophone, NdlR], je vais dans une section du PTB. Je n’y suis pas un visiteur, je suis à la maison. Le nouveau président ou la nouvelle présidente sera avant tout marxiste et internationaliste. Il ou elle pourra, en compagnie d'une équipe solide, aller de l'avant en s'appuyant sur les fondations que nous avons posées. J’ai toute confiance que ça va aller. »

Share via social media