Une campagne massive pour une pension minimum à 1500 euros net

Nouvelles
Author
redaction

Après toute une vie de travail, les pensionnés ont droit à une bonne pension. C’est une question de justice, de respect et de répartition équitable. Alors que les hommes et femmes politiques touchent une pension de 4250 euros, les pensions des Belges figurent parmi les plus basses d’Europe de l’ouest. Avec des pensions moyennes de 1244 euros pour les hommes et de 989 euros pour les femmes, les retraités ne peuvent même pas se payer une maison de repos, et peuvent encore moins profiter de leurs vieux jours.

1500 min pension

Il est grand temps de renforcer nos droits de pension. Malgré toutes les belles promesses électorales, les partis au gouvernement refusent de l’entendre. C’est pourquoi le PTB déposera, conformément à la nouvelle loi d’initiative citoyenne, une proposition de loi pour une pension minimum de 1500 euros net, avec plusieurs milliers de citoyens de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles.

Pourquoi une campagne sur la pension ?

L'urgence est grande. Une personne âgée sur cinq vit dans pauvreté. La Belgique a les pensions parmi les plus basses de l'Europe de l'ouest. Et le gouvernement poursuit ses attaques contre les pensions, suivant les directives de l'Union européenne.

Le thème est bien vivant. La demande d'une pension de 1500 euros est soutenue par 8 personnes sur 10, en Flandre et en Wallonie, tant par les jeunes que par les personnes âgées. Une campagne de lutte des deux côtés de la frontière linguistique pour une revendication commune permet de s'opposer au séparatisme et de faire obstacle à la scission de la sécurité sociale. Le dossier des pensions comporte de nombreuses possibilités d'ouvrir le débat sur les injustices et les inégalités de la société. Une bonne pension pour tout un chacun, c'est viable sur le plan économique si nous faisons payer les 1% et investissons dans la société. C'est juste une question de choix politique.

C'est quoi cette « loi d’initiative citoyenne » ?

Depuis mai 2018, les citoyens et citoyennes peuvent prendre l'initiative d'introduire une proposition de loi. La loi stipule l'obligation d'entendre à la Chambre les personnes à l'origine de la proposition de loi, dès lors que celle-ci rassemble 25 000 signatures. Notre objectif est de recueillir au moins 100 000 signatures, tant sur papier que online. Nous lions la campagne sur le terrain au travail de nos parlementaires, et montrons l'engouement de la population pour notre revendication.

Mener une campagne jusqu'à remporter une victoire

Nous voulons remporter une victoire avec cette campagne. Comme nous avons gagné avec la campagne contre la « Turteltaks » en Flandre (taxe supplémentaire sur l’énergie) ou comme la campagne pour un salaire minimum de 15 dollars qui a été gagnée aux USA.

Les gens sont enthousiastes pour une campagne si c'est une campagne attrayante avec un engagement très concret, et s'ils trouvent le thème important… Comme lors des deux campagnes électorales passées, nous faisons campagne sur des questions sociales et économiques qui préoccupent les gens massivement, qui ont une forte dimension antiestablishment, qui permettent d'ouvrir le débat sur notre analyse de classe de la société capitaliste, et qui permettent de confronter et démasquer les partis traditionnels.

Nous pouvons motiver les gens parce qu'il s'agit d'une campagne pour remporter une victoire, qui a un objectif clair pour lequel les gens veulent se mobiliser. C'est l'essence même de notre travail de parti de membres actifs : nous comptons sur la mobilisation des gens qui nous entourent, comme nous l'avons fait pendant la campagne électorale : impliquer tous les membres des groupes de base, faire participer les membres consultatifs et trouver le plus grand nombre possible de nouveaux collaborateurs– tant dans les quartiers que sur les lieux de travail.

Comment allons-nous gagner?

En déposant la loi d'initiative citoyenne, nous obligeons la discussion à ce sujet au Parlement. De cette façon, nous lions la campagne sur le terrain au travail de nos député.e.s au Parlement. Mais ce ne sera pas la fin de l’affaire. La pension minimale de 1500 euros net ne sera pas automatiquement réalisée. Nous devrons nous battre pour que cela se réalise. Nous allons devoir développer un large mouvement de lutte. Avec les 100 000 signataires (et plus!) de la loi d’initiative citoyenne • avec les syndicats • avec la société civile (organisations sociales, locales, etc). Tout en rappelant que le suffrage universel, l'interdiction du travail des enfants, la journée de huit heures ne sont pas le fruit d'un parti au Parlement qui les aurait mis à l'ordre du jour, mais d'une formidable lutte dans les entreprises et dans la rue.